En marche vers l’autocratie

Le traumatisme de la crise que nous avions traversé, et  la blessure profonde que cela laissa  dans le coeur des Frères fut tel que,les rédacteurs des statuts fondateurs de 2012, portés par une volonté affirmée, de « plus jamais cela « ont écrit un cadre juridique innovant et protecteur de dérives, en pleine conscience de la fragilité du genre humain car nous le savons ,depuis la nuit des temps, le Maître tombe toujours sous les coups des 3 mauvais compagnons.

Ainsi donc à partir de la souveraineté des Loges un système d’organisation juridique démocratique  fut mis en oeuvre en 2012.

Sans entrer dans une exégèse des statuts de 2012, relevons les grands éléments d’architecture qui les constituent, chacun d’entre eux pouvant faire l’objet d’une planche à lui seul.

-Un président GM élu par des loges

-Un conseil de Grande Loge

-Un Conseil de Surveillance, organe de contrôle

-Une Chambre de justice

-Un Conseil des Sages, pendant du Conseil Constitutionnel de la société civile.

 

Nous avons précédemment examiné avec regret, une des modifications essentielle, a savoir, celle qui renvoya le Conseil de Surveillance (organe de contrôle)  dans la  sphère d’un organe consultatif amputé de toutes ses prérogatives.

Nous reviendrons ultérieurement sur l’affaiblissement du Conseil de Grande Loge et du renforcement des pouvoirs du GM, seul décisionnaire des orientations de notre Obédience.

La clé de voûte qui soutenait l’édifice démocratique fut enlevée à l ‘occasion de la modification du Règlement Intérieur du Conseil des Sages paru sur le site fin mai 2017.

Si la modifications des Statuts de 2012 avait déjà largement contribué à enfoncer des coins destructeurs dans la structure démocratique, celle relevant du mode de fonctionnement du conseil des Sages acheva l’oeuvre de destruction engagée à dessein.

Le Conseil des Sages, est la seule institution de notre Obédience à détenir  ce pouvoir singulier  de prendre toutes  décisions sans possibilité d’appel, ni de réexamen.

la concentration des pouvoirs de cet organe s ‘appuie sur la nominations des membres le constituant, car sur les 9 membres, 6 sont nommés directement ou indirectement par le G.M.

Les rédacteurs du premier règlement intérieur, du Conseil des Sages, inspiré de l’esprit de Montreuil , ont jugé utile , en grande sagesse, de rééquilibrer et de compenser l’exercice d’un pouvoir démesuré en imposant  que toutes ces décisions  soient prises  suivant les règles de l’UNANIMITE afin que ces dites  décisions marquées du  sceau de l unanimité de ses membres  s’imposent à tous souverainement ce qui évacue légitimement une possible contestation.

 Modifier cette  règle de l’unanimité et la substituer par celle d’une majorité des 2/3 est, de fait,anéantir ce contre poids juridique, dernier rempart démocratique ,, et installe  un pouvoir oligarchique, dans lequel le GM gouverne seul et se dote lui même d’un organe restreint dit de « régulation sage »

En instrumentalisant le règlement intérieur d’origine notre Obédience est entrée par la grande porte dans un système autocratique.

il ne nous reste plus qu’ à pleurer sur les ruines du temple,démocratique ou engager l’oeuvre de reconstruction.

Hermes.


Si vous souhaitez commenter et rester anonyme en ne communiquant pas votre adresse email vous pouvez utiliser cette adresse : anonyme@notre-trait-d-union.fr

 

3 commentaires sur “En marche vers l’autocratie

  1. pleurons peut être mais ne gémissons pas et réagissons car tu as raison mon frère Hermes le grignotage des prérogatives de toutes les instances de la GLAMF est totalement insupportable
    Je suis près à soutenir une action ferme dans le cadre bien entendu de nos principes maconniques

  2. Arrêtez de vous plaindre,
    arrêtez de croire que vous réussirez à changer quoique ce soit d’un système totalement verrouillé,
    s’il y a eu scission à la GLNF c’est qu’ils ont fait une erreur que se garde bien de faire la gouvernance de la GLAMF : taper dans la caisse des loges,
    ce qu’il se passe chez nous, le verrouillage en question est donc d’ordre purement vaniteux, de l’ordre d’un égo surdimentionné, il n’y a rien de pire, il n’y a aucune chance de raisonner les personnes qui en sont « victimes ».
    En conséquence, toute tentative de changer les choses est vouée à l’échec, n’en doutez pas vous perdriez votre temps, votre santé et franchement je ne sais pas ce que vous en pensez, mais on a autre chose à faire de beaucoup plus important !
    L’ambiance dans les loges me fait penser à GLNF 2010/2011, les FF. commencent à s’interroger et les cerbères pro-gouvernance interdisent le débat.
    Le nerf de la guerre c’est l’argent,
    l’argent ce sont les capitations,
    je n’ai pas envie de revivre les rapports de force ni l’errance,
    ma loge dont je suis le secrétaire ne veut pas bouger ?
    ET BIEN JE M’EN VAIS, JE DEMISSIONNE, JE FUIS CES TYPES QUI NOUS ONT TROMPE !!!
    Je pars m’affiler à la seule GL régulière hors GLNF : la GLIF
    qui stipule clairement dans sa déclaration de principe respecter les Basic Principles de 1929,
    je vous invite vivement à faire de même !
    http://www.glif.fr/

  3. Au niveau des hommes, je partage l’analyse de Maçon Régulier. Ceux qui se sont appropriés la GL-AMF ont sciemment évité l’erreur majeure de la GLNF : piquer dans les caisses des LL.
    Pour le reste, ils ont repris l’essentiel, à l’identique.

    Pour la clef de voûte (Hermès), il y a eu plusieurs étapes dans la déconstruction des promesses de Montreuil : l’alignement du Conseil de Surveillance, bien sûr, mais aussi et au même niveau de gravité, la dissociation des statuts et du Règlement général. Depuis 2013, le RG n’est plus soumis à l’Assemblée générale en même temps que les statuts, mais laissé au Bureau national (nommé par le GM) qui ne s’est pas privé de le modifier sous l’oeil indifférent ou complice du Conseil de Surveillance, qui a également fermé les yeux sur les Règlements particuliers de nos diverses instances qui ont proliféré.
    Tel le Règlement particulier de la Chambre de Justice, qui affiche explicitement sa sujétion au GM et au GOrateur (invités à donner leur avis lors des jugements), et qui modifie lourdement une disposition des statuts en matière d’action judiciaire civile : alors que les statuts prévoient qu’un membre de la GL-AMF qui envisage d’intenter une action en justice contre elle ou ses dirigeants doit en informer la Chambre de Justice pour tenter de trouver une conciliation (ce qui paraissait être une disposition sage), le Règlement particulier de la Chambre de Justice dispose désormais que c’est une requête qui doit lui être présentée, et qui peut donc être rejetée. Le GOrateur Thierry BREZILLON, candidat à la succession, a demandé et obtenu de … la Chambre de Justice, que son Règlement « particulier », et en particulier cette disposition, soit opposable à TOUS LES MEMBRES de la GL-AMF.
    Et elle a déjà servi en 2016 pour empêcher une telle action.
    C’est bien le bunker juridique de la GLNF qui a été reconstitué.

    Je suis par ailleurs très réservé sur une Régularité qui consiste à s’aligner sur la règle de la GLUA qui ne représente qu’elle-même, et dont l’on voit qu’elle a manqué le siècle. Si l’on préfère limiter nos recherches aux musées au mépris des explorations du siècle, pourquoi pas ? Mais je crois qu’il y a mieux à faire
    Enfin (Maçon Régulier), je crois à notre utopie, et j’ai envie de la défendre du sein de la GL-AMF qui l’avait ranimée un instant, et d’arracher notre GL des mains des mauvais compagnons qui s’en sont emparée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *